Notes
En effet, j’avais découvert une publication de 2006 du Professeur Kirk Ambroseprofesseur d’histoire de l’art et directeur fondateur du Center for Teaching and Learning de l’Université du Colorado. Sujet passionnant, lié à l’alimentation au Moyen Âge, qui permet de découvrir les prémices d’une forme de langue des signes, mais surtout un éclairage sur les denrées consommées ; et tu vas voir, nos moines en question mangeaient plutôt bien !

Le Pr Ambrose traite une liste de 35 signes à découvrir ; tu peux t’entrainer à la maison, ou en lisant cet article !

Le Pr Kirk Ambrose

Le Pr Kirk Ambrose

Une liste de nourriture médiévale du monastère de Cluny

“A Medieval Food List from the Monastery of Cluny”

Les moines de Cluny, un monastère Bénédictin extrêmement riche et puissant du sud de la Bourgogne, ont très tôt privilégié le silence et l’usage d’une forme de “langue des signes”.

La règle de saint Benoît, transmise par le pape Grégoire le Grand au VI° siècle, privilégie le silence et interdit de parler à différents moments, y compris pendant les repas. Si un moine avait besoin de communiquer pendant un repas au réfectoire, St Benoît lui enjoint de le faire avec un autre son que la voix.

Une biographie de l’abbé Odon de Cluny (962-1049) raconte que lorsque les Vikings ont capturé un groupe de Clunisiens, l’un d’eux a tenté, sans succès, de forcer les clercs à rompre leur vœu et à parler. D’après ce récit, la faveur divine pour l’observance inébranlable du mutisme des moines s’est manifestée lorsque leur bourreau a été miraculeusement terrassé. Ailleurs dans ce même texte, on apprend que les moines de Cluny utilisaient déjà au Xe siècle des signes de la main pour communiquer des informations pendant les périodes de silence, sans toutefois en donner une description précise.
Abbé Odon de Cluny

Abbé Odon de Cluny

Les premières descriptions des signes utilisés à Cluny ont été consignées dans deux des coutumes du monastère, qui ont été compilées par les moines Ulrich et Bernard au cours du dernier quart du XIe siècle. Une multitude de signes sont décrits, mais, fait révélateur, les deux listes commencent par des signes pour la nourriture.

Bien qu’il y ait des raisons pratiques à cette insistance, à savoir le silence imposé dans le réfectoire, cela pourrait aussi témoigner du goût que les moines avaient pour leur nourriture.

En effet, la liste suivante suggère que les moines de Cluny mangeaient très bien.

La présente traduction des signes qui intéressent directement les historiens de l’alimentation s’appuie sur le texte latin édité par W. Jarecki .

Des listes similaires circulaient dans toute l’Europe et ajoutaient généralement au vocabulaire de base de cette première énumération, comme celle compilée par Guillaume de Hirsau à la fin du XIe siècle. Des réminiscences de la première langue des signes de Cluny se retrouvent en fait dans un langage gestuel utilisé par les cisterciens d’aujourd’hui.

Il semble probable que la liste de 118 signes de Cluny ne représente qu’un squelette de la langue des signes utilisée par les moines.

Comme les signes décrits ici sont presque exclusivement substantifs, il serait presque impossible de communiquer autrement que les pensées les plus rudimentaires.

Le fait que des conversations entières aient été possibles grâce à des gestes est suggéré par les critiques des moines qui bavardent en faisant des signes de la main. Un écrivain anonyme du XIe siècle, par exemple, a noté que les moines de Cluny étaient souvent tellement épuisés par la rigueur des représentations liturgiques qu’ils avaient recours à la communication par signes.

Pour nos besoins, cette observation confirmerait le soupçon probable que le moine médiéval jouissait d’une variété de nourriture encore plus grande que celle indiquée ici. Néanmoins, cette liste remarquablement détaillée offre un aperçu fascinant du régime alimentaire d’un important monastère au début du Moyen Âge.

1. Pour le signe du pain, faites un cercle avec le pouce et ses deux doigts adjacents, car le pain est habituellement rond.
Pro signo panis fac unum circulum cum utroque pollice et his duobus digitis, qui secuntur, pro eo, quod et panis solet esse rotundus.
2. Pour le signe du pain, qui est dans l’eau et qui est meilleur que celui servi la plupart des jours, après avoir fait le signe général du pain, placez la paume d’une main sur l’extérieur de l’autre comme pour huiler ou mouiller.
Pro signo panis, qui coquitur in aqua cooked in water and which is better et melior solet esse quam cotidianus, generali signo panis premisso hoc adde, ut interiora manus super alterius manus exteriora ponas et ita superiorem manum quasi ungendo vel imbuendo circumferas.
3. Pour le signe du pain marqué, qui est communément appelé torta, après avoir fait le signe général du pain, faites une croix au milieu de la paume, car le pain de ce type est généralement divisé en quartiers.
Pro signo panis sigalini et, qui torta vulgariter appellatur, iterum generali signo premisso hoc adde, ut crucem per medium palme facias pro eo, quod id genus panis dividi solet per quadrum.
4. Pour le signe des gâteaux plats, dont plus d’une livre est généralement donnée lors des cinq fêtes principales, placez les deux doigts les plus proches du pouce en diagonale sur les mêmes doigts de l’autre main.
Pro signo tortule, que preter solitam libram datur in quinque principalibus festis, duos digitos, qui pollicem sequntur, paululum divisos pone oblique super duos alteros digitos eorum similes de altera mau similiter divisos.
5. Pour le signe des haricots, placez la première articulation du pouce sous l’index et projetez ce même pouce.
Pro signo fabarum primo pollicis articulo sequentis digiti summitatem subpone et ita fac ipsum pollicem eminere.
6. Pour le signe des œufs, pliez un doigt avec un autre en forme de coquille d’œuf.
Pro signo ovorum cum digito in alterio digito simula testam ovi vellicantem.
7. Pour le signe des aliments cuits à l’huile, passez un doigt sur l’autre, comme si vous coupiez des herbes de cuisson.
Pro signo pulmenti oleribus confecti trahe digitum super alterum digitum, quasi qui coquendas inciderit herbas.
8. Pour le signe général d’un poisson, déplacez la main comme la queue d’un poisson dans l’eau.
Pro signo generali piscium cum manu simula caude piscis in aqua commotionem.
9. Pour le signe de la seiche, séparez tous les doigts alternativement et déplacez-les, car la seiche semble avoir de nombreuses parties.
Pro signo sepiarum divide omnes digitos ab invicem et ita eos conmove, quia et sepie ita multiplices esse videntur.
10. Pour le signe de l’anguille, fermez les deux mains, comme on tient et presse une anguille.
Pro signo anguille cumclude utramque manum, quasi qui ita tenet et premit anguillam.
11. Pour le signe de la lamproie, simulez sur la joue avec un doigt trois ou quatre dards, que la lamproie a sous les yeux.
Pro signo lamprede in maxilla cum digito simula punctos tres vel quatuor propter ipsos punctos, quos lampreda subtus oculos habet.
12. Pour le signe du saumon ou de l’esturgeon, en plus du signe général pour les poissons, placez une main avec un pouce droit sous le menton, par lequel la nageoire dorsale est indiquée, car les poissons de ce type ont généralement de grandes nageoires dorsales.
Pro signo salmonis vel sturionis premisso generali signo piscium hoc adde, ut pugnum erecto subponas mento, quo superbia significatur, quia, superbi maxime et divites tales pisces solent habere.
13. Pour le signe du brochet, vous faites le signe du poisson rapidement avec la main, car le brochet nage plus vite que les autres poissons.
Pro signo lucii iterum generali signo premisso piscium hoc adde, ut cum manu signum facias celeritatis, quia lucius celerius quam alius piscis natat.
14. Pour le signe de la truite, ajoutez ceci : faites glisser un doigt d’un sourcil à l’autre, comme la bande que les femmes portent à cet endroit, car on dit que la truite est une espèce féminine.
Pro signo trute hoc adde, ut digitum de supercilio ad supercilium trahas propter ligaturas, que hoc in loco feminis, et quia truta femineo genere pronuntiatur.
15. Pour le signe du millet, faites un cercle avec un doigt devant vous, car le millet est tourné dans l’huile avec une cuillère.
Pro signo milii fac girum cum digito pro eo, quod et ipsum milium ita vertitur in olla cum cocleari.
16. Pour le signe des crispels ou ce que d’autres appellent les frigdolae, prenez les cheveux avec une main, comme si vous vouliez les faire boucler.
Pro signo crispellarum, ut alii dicunt, frigdolarum cum pugno accipe crines, quasi cupias ita eos facere crispos.
17. Pour le signe du fromage, réunissez les deux mains en diagonale, comme pour presser du fromage.
Pro signo casei utramque manum cumiunge per obliqum, quasi qui caseum premit.
18. Pour le signe des gâteaux au fromage en plus des signes du pain et du fromage, pliez les doigts d’une main et couvrez-les avec le creux de l’autre.
Pro signo fladonum premisso generali signo et panis et casei de una manu omnes digitos inflecte et manu cava in superficiem alterius manus pone.
19. Pour le signe des gâteaux ou, comme les Allemands les appellent, craphoi, faites le signe général du pain puis, avec deux doigts, simulez les petites spirales qui se forment lorsque les parties de ces gâteaux sont pliées ensemble de façon circulaire.
Pro signo rufeolarum vel, ut theutonici loquntur, craphoium premisso generalii signo panis simula cum duobus digitis illas minutas involutiones, que in eis sunt facte, ex ea parte, qua sunt conplicate et quasi rotunde.
20. Pour le signe du lait, appuyez sur le petit doigt de la lèvre car c’est ainsi qu’un nourrisson tête.
Pro signo lactis minimum labiis inpinge pro eo, quod ita sugit infans.
21. Pour le signe du miel, rendez la langue visible pendant un court instant et appliquez les doigts, comme pour les lécher.
Pro signo mellis paulisper linguam fac apparere et digitos applica, quasi lambere velis.
22. Pour le signe de la pomme, de loin le pire et le plus diabolique, entourez le pouce avec les autres doigts.
Pro signo pomorum, maxime piri vel mali, pollicem cum aliis digitis conclude.
23. Pour le signe des cerises, ajoutez ceci : placez un doigt sous un œil.
Pro signo cerasearum hoc adde, ut digitum subtus oculum ponas.
24. Pour le signe des poireaux crus, joignez et étendez le pouce et l’index.
Pro signo porri crudi pollicem et digitum proximum simul coniunctos extende.
25. Pour le signe des oignons, étendez un doigt contre une joue légèrement gonflée en raison du type d’odeur que l’on y perçoit.
Pro signo allii seu rafe extende digitum contra buccum paululum apertum propter id genus odoris, quod sentitur ex illis.
26. Pour le signe de l’eau, joignez tous les doigts et déplacez-les en diagonale.
Pro signo aque omnes digitos coniunge et per obliqum move.
27. Pour le signe du vin, pliez un doigt et touchez la lèvre.
Pro signo vini digitum inflecte et ita labris adiunge.
28. Pour le signe d’une boisson teintée, fermez la main et simulez ensuite le broyage.
Pro signo potionis pigmentate conclude manum et ita simula molentum.
29. Pour le signe de la boisson qui est aromatisée au miel et à l’absinthe, séparez deux doigts, c’est-à-dire l’index et le milieu, du reste et écartez-les, car les feuilles de l’absinthe sont ainsi divisées.
Pro signo potionis, que est melle et absintio temperata, duos digitos, id est indicem et medium, a ceteris disiunge et ipsos quoque ab invicem disiunctos ita move, quia et absintium in suis ita foliis est divisum.
30. Pour le signe de la moutarde, placez l’articulation distale de l’auriculaire sous le pouce.
Pro signo sinapis articulo anteriori minimi digiti pollicem subpone.
31. Pour le signe du vinaigre, frottez la gorge avec un doigt, car la gorge est âcre.
Pro signo aceti frica cum digito gutur, quia et in guture eius acrimonia sentitur.
32. Pour le signe de la soucoupe, tendez la main horizontalement.
Pro signo scutelle manum latius extende.
33. Pour le signe du récipient qui contient la mesure quotidienne de vin, inclinez la main vers le bas et tenez les doigts, considérablement pliés, dans la paume de la main.
Pro signo cyphi, qui capit cotidianam vini mensuram, inclina manum deorsum et ita cavam tene digitis aliquantulum inflexis.
34. Pour le signe du récipient dans lequel on boit, pliez bien trois doigts et tenez-les vers le haut.
Pro signo patere, ex qua bibitur, tres digitos aliquantulum inflecte et sursum tene.
35. Pour le signe d’un récipient à boire en verre, ajoutez ceci au signe précédent : vous placez deux doigts autour des yeux, pour signifier la splendeur du verre à l’œil.
Pro signo phiale vitree premisso signo precedente hoc adde, ut duos digitos circa oculum ponas, ut splendore oculi splendor vitri significetur
Evidemment, on parle ici d’une forme de langue des signes, et non la langue des signes telle qu’on peut la connaitre actuellement. Ces moines n’étaient pas tous sourds, mais leur mutisme a permis de développer et établir certaines techniques de communication. Je t’invite fortement à écouter le podcast qui suit sur les personnes sourdes au Moyen Âge. 

Passion Médiévistes – Épisode 40 – Megan et la surdité au Moyen Âge

Comment étaient perçues les personnes sourdes au Moyen Âge ? Ecoutez Megan Kateb dans cet épisode 40 de Passion Médiévistes vous parler de son mémoire sur les réalités et les perceptions sur la surdité au Moyen Âge.

 

Pour en savoir plus

Ici on parle surtout de bouffe, mais si le sujet t’intéresse et que tu veux en découvrir davantage je t’invite à aller lire l’article “Les moines médiévaux ont-ils inventé la langue des signes française ?” du Blog Actuel Moyen Âge.