C’est la recette utilisée par Sayyid Abu al-Hasan et d’autres au Maroc, et ils l’ont appelée isfîriyâ.